Nouvelles

Nouvelles

De Haître amoché mais motivé en Pologne

Vincent De Haître se croise les doigts à l’aube de son retour en Coupe du monde de patinage de vitesse après une absence de trois ans et neuf mois.

L’athlète franco-ontarien s’est pointé en Europe, il y a une semaine et demie, avec le corps amoché. Il traîne des maux de dos.

À cela s’ajoute une élongation musculaire à l’aine qui l’a ralenti lors des essais nationaux, le mois dernier, à Calgary.

«Mon corps n’est pas ce qu’il était la dernière fois que j’ai patiné à ce niveau-ci», souligne De Haître, dont la dernière compétition internationale sur longue piste remonte aux Jeux olympiques de 2018, à PyeongChang.

Le reste de l’histoire est bien connu. Le natif de Cumberland est passé au cyclisme sur piste, participant aux Jeux l’été dernier à Tokyo.

À son retour au pays, De Haître s’est remis à l’entraînement sur patins.

« Je suis à haut risque de blessures en ce moment », avoue l’homme de 27 ans.

À quel point?

« D’un jour à l’autre, je ne sais pas si je vais pouvoir patiner. C’est pour ça que les physiothérapeutes sont là. »

C’est la raison aussi pourquoi De Haître se limitera à une seule course par étape de la Coupe du monde en première moitié de saison. Il va prendre le départ uniquement de l’épreuve du 1000 m ce week-end à Tomaszów Mazowiecki, en Pologne.

Même chose par la suite à Stavanger, en Norvège, puis Salt Lake City et Calgary.

Pas question de se taper des distances additionnelles.

« Je pousse déjà à la limite mon corps. C’est sur qu’il y a de l’inquiétude à savoir si je peux me rendre jusqu’au bout. »

De Haître cherche à se préqualifier en vue des Jeux olympiques. Sur papier, ça devrait être facile. On parle ici de l’ancien vice-champion du monde au 1000 m.

Mais en son absence, des rivaux ont gagné en vitesse et maturité. De nouveaux visages ont émergé aussi sur l’échiquier international.

« Ma technique est meilleure qu’avant. Mais en même temps, je n’ai pas pratiqué mes départs depuis les essais puisque j’étais blessé. »

De Haître se dit «un peu nerveux» en vue de son retour face aux patineurs européens, asiatiques et américains. « J’ai des attentes envers moi. Mais en même temps, je suis réaliste. Mon crops n’est pas à 100 % », précise-t-il.

Afin d’obtenir son billet olympique, le produit des Concordes de Gloucester devra être le meilleur Canadien de son épreuve à la conclusion des quatre premières étapes de la Coupe du monde. Sinon, il devra terminer dans le top 8, toutes nationalités confondues.

« Si on me compare avec ce que je faisais avant les Jeux de 2018, je devrais passer. Mais ça, c’était il y a trois ans et neuf mois. »

Trois autres patineurs de la région de la capitale nationale seront en action en Pologne. Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann prendront le départ de plusieurs courses chez les femmes.

Quant à Jake Weidemann, le frère d’Isabelle, il a aussi fait le voyage. Il fait partie des petits nouveaux au sein de l’équipe.

« C’est justement mon cochambreur », souligne Vincent De Haître.

Image
Image
Image
Image
logo_vince.png
Contribuez à mon parcours

Tout athlète a besoin de soutien. Si vous êtes intéressé à contribuer à mon parcours olympique, veuillez communiquer avec moi ou Cliquez sur Donner. Les contributions de tous les degrés seront grandement appréciées et je reconnaîtrai chacune d'entre elles.

Si vous souhaitez m'accorder votre soutien par le biais d'un chèque, veuillez communiquer avec moi.

© 2022, Vincent De Haître. Athlète olympique canadien multidisciplinaire. Créé par: Chabo Communications & Design

Recherche